dimanche, octobre 20, 2013

(BIENTOT) PEDAGOGIE ET ANTI-CINEMA DE ROLAND SABATIER

FONDATION DU DOUTE / BLOIS
Pavillon d’exposition temporaire
9 novembre 2013 / 9 février 2014
ROLAND SABATIER

ŒUVRES DE
PEDAGOGIE
ESTHETIQUE
(1988-1990)
Depuis 1963, Roland Sabatier occupe un rôle très important dans le groupe d’avant-garde lettriste en raison de l’originalité et de la diversité de ses réalisations qui introduisent un certain nombre de nuances créatrices dans  tous les champs des ramifications culturelles complexes du mouvement fondé par Isidore Isou et cela dans différents domaines de la Culture — depuis la poésie et la musique jusqu’au théâtre et au cinéma, en passant par la peinture, le roman ou l’architecture.
Ce qui pourrait le mieux caractériser ses Œuvres de pédagogie esthétique, c’est qu’elles représentent plusieurs manières de cours sur l’Art, des cours donnés, hors des voies habituelles, par les œuvres elles-mêmes.
Chacune « parle », en incluant dans ce qu’elle est - à savoir un dépassement précis dans une évolution déterminée - des tentatives d’explications de ce dépassement. Souvent, elles se jouent du passage d’un art à un autre pour aboutir, dans l’art infinitésimal, à l’établissement de correspondances avec les différentes configurations formelles passées.
Ainsi par exemple, dans Réinterprétation infinitésimale d’une œuvre expressionniste, à partir d’un arrangement d’éclairage intense, Roland Sabatier propose la possibilité de l’existence d’une œuvre in-imaginaire déformée, monstrueuse et fantastique, caractéristique de l’exploration « expressionniste » de cet art. Ailleurs, il occulte une de ses réalisations de multi-écritures par une projection de confettis colorés qui suggèrent le dépassement de cet art par un défilement vertigineux de représentations brèves pour construire un super-ensemble mental d’une densité extraordinaire, inconnue à ce jour. Abordant dans un autre cas le cinéma, il explique la nécessité pour cet art de s’accorder à l’évolution moderne des autres cadres formels et, comme exemple de ces « aberrations » que l’art filmique exige, il édifie un déroutant Film de bouts de ficelles.
D’autres réalisations nous font découvrir des concepts inédits dans l’art : L’œuvre-surprisel’Homologie formelleLa Démonstration dont les points, les lignes et les surfaces sont figurés par des perles de bois, ou, encore la monumentale Somme hypergraphique qui, en rapport à l’ensemble des arts visuels, procède à l’inventaire complet des modalités d’organisations des multi-signes.
Parfois son action didactique s’accomplit à travers la critique, comme dans le cas de l’une des propositions d’un artiste contemporain dont il reprend sans le désigner, mais sous le titre explicite de What about plastic art creation ? , le dispositif pour le « corriger », démontrant ainsi, contre l’erreur dialectique de l’artiste allemand (Joseph Beuys), les multiples possibilités des emplois précis de l’objet figuratif dans les arts visuels passés ou présents.
En parallèle et pendant toute la durée de l'exposition : Projections de films réunis sous le titre de "La (certaine) image du cinéma de Roland Sabatier". LIEN SUR LE PROGRAMME : CLIQUER: ICI
Catalogue de l’exposition avec une présentation de Mirella Bandini
Vernissage le 8 novembre à 18h00
FONDATION DU DOUTE / ÉCOLE D’ART DE BLOIS-AGGLOPOLYS
6 rue Franciade / 41000 Blois

Ouvert de 14h à 18h30 du mercredi au dimanche
Renseignements au 02 54 55 37 40. Lien : http://www.fondationdudoute.fr
Site Roland Sabatier : www.rolandsabatier.com

La visite floue (avec une répétition) de cette exposition est visible sur http://www.youtube.com/watch?v=IUHJK6g70-k
Voir aussi : RIPOSTE LETTRISTE : LE CINEMA DE ROLAND SABATIER

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home